L’Aigle Royal

L’aigle royal

L’aigle royal n’est pas seulement un oiseau de montagne : il occupait autrefois la plupart des plaines d’Europe. Au cours du 19ème siècle, l’essor des activités humaines, les destructions au fusil et l’empoisonnement l’ont confiné aux reliefs inaccessibles. Entre 1945 et 1960, les effectifs ont encore diminué de moitié dans les Alpes.

Actuellement la population française est proche de 400 couples, dont la moitié en Rhône- Alpes, et paraît stable. Une des principales menace réside dans le dérangement des sites de nidification : le développement des sports en falaise (escalade, planeur, parapente…) vient s’ajouter aux autres perturbations (hélicoptères, travaux forestiers…) pouvant conduire à l’échec de la reproduction.

A la belle saison, dans les Alpes, la marmotte constitue l’essentiel du régime alimentaire de l’aigle royal, mais en Chartreuse ses proies sont plus diversifiées. Cabri de chamois, lièvre, écureuil, tétras lyre, peuvent aussi être capturés. En hiver, il est volontiers charognard.

Entre les parades nuptiales et l’envol des jeunes, toute perturbation aux abords du nid est susceptible de provoquer l’abandon du site, les oeufs ou les jeunes peuvent périr de refroidissement ou par prédation.