Religieux

Des premiers siècles du christianisme jusqu’aux réalisations contemporaines du XXe siècle, les édifices religieux de Chartreuse font preuve d’une étonnante diversité. Certains édifices ont conservé des vestiges de l’époque romane, à l’image de la discrète crypte de l’église de Saint-Sixte. Avec l’installation de saint Bruno et ses six compagnons dans le « désert » de Chartreuse, en 1084, le massif acquiert une dimension religieuse majeure. Au cours de l’histoire, les chartreux ont laissé une empreinte dont on retrouve les traces au fil des sentiers, des routes et des villages du massif : oratoires, chapelles, monastères, églises… Cette ferveur religieuse s’est perpétuée à travers les siècles, avec notamment la reconstruction au XIXe siècle de nombreuses églises intégrant les innovations techniques (utilisation du ciment moulé puis du béton armé au début du XXe siècle). Partez à la découverte de cette histoire religieuse millénaire !

Les Oratoires de Chartreuse

On compte en Chartreuse plusieurs oratoires qui, outre leur fonction religieuse, délimitaient le territoire du « désert » des chartreux.

Si celui de Nerfont est cité dès le XIVe siècle, la plupart ne sont signalés qu’au début du XVIe siècle. Ils sont constitués de cinq pierres massives en calcaire formant une niche centrale surmontée d’une croix. Le plus connu de ces oratoires, celui d'Orgeval, est situé en bordure de la route qui mène au Charmant Som depuis le col de Porte, au début des alpages. D’autres oratoires sont conservés sur le massif, notamment ceux du Col de la Charmette, de Curière ou de Teste de Lavines à la Ruchère. Les limites du désert étaient également matérialisées par des croix gravées dans la roche ou les arbres.

Période d'ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Tarifs

Accès libre.