Artisanat, industrie, commerces

Meulières

La carrière de meules de moulins de Quaix-en-Chartreuse, exploitée dès le Moyen Age jusqu’au début du 19ème s., connaît un rayonnement régional du fait de la qualité des pierres extraites, qui permet d’obtenir une bonne farine destinée à la fabrication du pain. En 1998, plusieurs alvéoles d’extraction (sur paroi) et des meules inachevées sont mises au jour par des sondages archéologiques. Un programme de recherche, engagé par le Parc naturel régional de Chartreuse dès 2001, a permis de découvrir, à partir de textes anciens et de prospections, d’autres carrières disséminées sur le massif. Certaines ont fonctionné dès le Moyen Age, à l’époque moderne, voire jusqu’au début du 19ème s.

Signalons celle de Mont-Saint-Martin, où un chemin pavé ménagé pour le transport des meules est préservé. Ce site a fait l’objet d’un aménagement de sentier de découverte.

 

Tuileries et briqueteries – plaine du Guiers

La plaine du Guiers comporte des niveaux d’argile lacustre, issus du comblement progressif de l’ancien lac postglaciaire de Chartreuse, qui sont exploités au cours    du 19ème  s. et au début du 20ème  s., pour la fabrication de tuiles et de briques.         Certaines de ces fabriques artisanales, installées à proximité des sites d’extraction, sont conservées, notamment à Saint-Joseph-de-Rivière  au lieu-dit « la Tuilerie »,    où fonctionnaient deux tuileries (fours préservés). Une haute et belle cheminée en brique signale l’ancienne briqueterie Périnel implantée à Saint-Christophe-la-Grotte. Cette usine succède à celle implantée au milieu du 19ème s. par J. Millioz à Saint- Jean-de-Couz (Côte Barrier), fermée par manque d’eau (vestiges de la cheminée visibles). Outre la production de briques, des brasières pour fours à pain et des     moules destinés aux aciéries sont élaborés.

 

Distillerie des chartreux – Fourvoirie, Saint-Laurent-du-Pont

En 1860, les chartreux construisent une distillerie à Fourvoirie (Saint-Laurent-du-Pont), sur le site de leur ancienne obédience, le laboratoire situé dans l’enceinte du monastère étant trop exigu. Elixir végétal de Chartreuse et liqueurs (Chartreuse verte et Chartreuse jaune) sont produits selon des recettes détenues par les chartreux. L’activité cesse un temps suite à l’expulsion des chartreux en 1903 et reprend en 1929 avec leur retour. En 1935, un éboulement de terrain détruit partiellement la distillerie, qui est alors transférée à Voiron. L’édifice de Fourvoirie est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1993.